Centre de Recherche sur l’Imaginaire

Le Centre de recherche sur l’imaginaire (CRI, EA 610) est une unité de recherche à vocation pluridisciplinaire.
Son projet scientifique trouve unité et cohérence dans la réflexion sur l’imaginaire et sur l’imagination symbolique menée d’abord, et dans des champs divers, par Gaston Bachelard et Mircea Eliade, puis reprise et développée par Gilbert Durand qui fonda le centre en 1966 en collaboration avec Paul Deschamps et Léon Cellier. Son but est de regrouper autour de l’étude des images, des symboles et de l’imaginaire social, les différentes disciplines de recherche en sciences de l’homme et de la culture.
L’École de Grenoble conduit une réflexion sur les aspects, l’évolution, le sens, d’une herméneutique des images, des symboles, des archétypes et des mythes à l’œuvre dans l’imaginaire d’une culture, d’une époque ou d’un créateur.
La méthode d’approche se fonde essentiellement, dans un esprit comparatiste, sur l’analyse des procédures symboliques (représentations, symboles, mythes…) comme éléments déterminants de la création littéraire et artistique, et sous-tendant, sur une période donnée, les attitudes socio-historico-culturelles.
Ce positionnement conduit aujourd’hui l’équipe à réfléchir aux relations entre études imaginaristes, anthropologie culturelle et cultural studies afin de mieux saisir les ressorts des imaginaires hypercontemporains.

Yvain ou le Chevalier au Lion ; Lancelot ou le Chevalier de la Charette : Illustrés par la peinture préraphaélite

Laurence Des Cars, Virginie Lérot, Philippe Walter et Daniel Poirion, Editions Diane de Selliers

Présentation de l’éditeur :

Composés à la fin du XIIe siècle, Yvain et Lancelot sont les deux oeuvres emblématiques de Chrétien de Troyes. Au fil d’aventures inspirées de la légende arthurienne, les héros de la Table Ronde doivent maintenir le délicat équilibre entre amour courtois et prouesses chevaleresques. Les peintres préraphaélites, notamment Dante Gabriel Rossetti, Edward Burne-Jones ou William Morris, réalisent à la fin du XIXe siècle des oeuvres dont l’intensité, l’émotion et la grâce illustrent admirablement les scènes intimes et épiques des romans de Chrétien de Troyes. C’est l’occasion de redécouvrir au fil d’une promenade enchanteresse deux époques, deux univers unis dans une même quête de valeurs, de beauté et de spiritualité. La recherche de la pureté et de l’émotion, la prééminence du désir et du coeur, la création d’un imaginaire merveilleux et poétique unit Chrétien de Troyes et les préraphaélites au-delà des siècles. Une incarnation intense et poétique des héros mythiques de la légende arthurienne par les peintres préraphaélites. Une iconographie puissante, habitée par le souffle du mythe arthurien, restitue ici toute l’énergie des romans de Chrétien de Troyes, loin de l’inertie des enluminures médiévales. Deux romans d’amour et d’armes, présentés dans une nouvelle mise en page, plus aérée, pour un plus grand plaisir de lecture. Des personnages indémodables : la légende arthurienne inspire tous les arts et tous les âges : de Thomas Malory au XVe siècle au film Lancelot avec Sean Connery, la série télévisée Kaamelot, les Monty Python ou le Merlin de Walt Disney. Au-delà de leur beauté esthétique, le texte et les oeuvres picturales sont emplies de symboles et d’allégories. La contribution de spécialistes reconnus, Philippe Walter et Laurence des Cars, nous éclaire et nous guide pour une lecture multiple de ces chefs d’oeuvres.

Se rendre sur le site des Editions Diane de Selliers

Philippe WALTER, “La Toussaint, Samain et Halloween”

Depuis deux ans, Halloween est arrivé chez nous avec la rapidité d’une opération bien huilée. Il y a deux ans les citrouilles évidées étaient sorties des pubs irlandais ; maintenant, c’est tout le marché de Halloween avec ses déguisements, ses accessoires qui envahissent l’imaginaire des enfants ; derrière l’opération de marketing, il y a une fête qui nous vient du fond de la mémoire celtique. Continuer la lecture de Philippe WALTER, “La Toussaint, Samain et Halloween”

Michel MICHEL “Les aventures de l’éternel féminin ou quelques parcours dans les représentations publicitaires de la femme”

“L’homme peut-il écrire sur la femme, sur son propre contraire ? Peut-il, veux-je dire, écrire à son propre sujet quelque chose d’exact où n’intervienne ni programme sexuel, ni ressentiment, ni illusion, ni théorie ? Je ne vois guère qui pourrait s’attribuer une telle supériorité car la femme est toujours là où se trouve l’ombre, aussi la confond-il trop facilement avec cette dernière, et, quand il veut réparer cette méprise, il surestime la femme et en fait le réceptacle de tous ses mirages” (1).

Nous prendrons garde, dans cette étude sur l’image de la femme, d’oublier cet avertissement de C.G. JUNG, confessant, en tant qu’homme, que l’âme féminine, comme on dit, reste un mystère que nous sommes loin d’avoir mis à jour. Continuer la lecture de Michel MICHEL “Les aventures de l’éternel féminin ou quelques parcours dans les représentations publicitaires de la femme”

Jean-Pierre SIRONNEAU, “Quand la sociologie rencontre l’imaginaire”

(in IRIS, n° 2, 1986, p. 61-79)

La prise en compte du rôle de l’imaginaire dans la constitution et le maintien de la vie sociale ne pouvait être que progressive et partielle, dans la sociologie contemporaine, compte tenu des handicaps que cette discipline devait (et doit) surmonter et qui ont trait aux conditions qui ont présidé à sa naissance et à son développement.

Continuer la lecture de Jean-Pierre SIRONNEAU, “Quand la sociologie rencontre l’imaginaire”

IRIS N°31 / 2010 : L’IMPENSÉ SYMBOLIQUE

IRIS N°31 / 2010

L’IMPENSÉ SYMBOLIQUE

La revue IRIS étudie les divers modes de définition et d’expression de l’imaginaire, particulièrement dans les productions culturelles. Elle charge à dégager les concepts propres à une analyse raisonnée de l’imaginaire. Une première section (Mythodologies) développe diverses approches théoriques de la notion d’imaginaire, en particulier à travers la mythanalyse (et le comparatisme) et la géo-mythologie (comparaison géographique des motifs mythiques). Une deuxième section (Topiques) rassemble différentes contributions sur le thème des imaginaires du corps. Une troisième section (Facettes) permet à de jeunes chercheurs de présenter leurs travaux ayant donné lieu (ou devant donner lieu) à une thèse dans l’un des centres de recherche affilié au réseau des CRI.

SOMMAIRE :

Éditorial de Philippe Walter

MYTHODOLOGIE
Blanca Solares, « L’archétype de la déesse dans la pensée religieuse du Mexique ancien » ;
Yuri Berezkin, « Sky-maiden and world mythology » ;
Sergei Iou. Neklioudov, « Scénarios schématiques de la vie et de la narration » ;
Sibusiso Hyacinth Madondo, « Du mythe au rituel : remaniement du motif de la catabase orphique chez Werewere Liking et Manuna Ma Njock ».

TOPIQUES
Claude Guméry, « La transe afro-brésilienne, un travail sur le corps pour communiquer avec les dieux » ;
Véronique Costa, « Les lieux du corps éparpillé : le blason » ;
Claude Fintz, « Le corps-énergie : expérimentation, théorie et pratique » ;
Marie-Aline Villard, « Corps énergétique et danse » ;
Véronique Adam, « Le corps imaginaire et l’alimentation » ;
Aurélie Fantin-Grévost, « Murakami et les fractures de la corporéité. Vers une représentation aporétique de l’individuation ».

FACETTES
Stéphanie Chifflet, « De l’importance de l’imaginaire dans le dialogue “science-société” » ;
Brigitte Charnier, « Analyse d’une chanson de tradition orale : articulation entre poétique et imaginaire » ;
Nicolas Schunadel, « Éléments pour un renouveau des structures de l’imaginaire : Gilbert Durand rencontre Michel Henry » ;
Stéphanie Bruno-Meylan, « L’analyse contrastive : contours et limites d’une approche mythocritique confrontant le Genji Monogatari de Murasaki Shikibu et les Lais de Marie de France ».

Partie du titre Numéro 31
Éditeur UGA Éditions (ELLUG) – Université Grenoble Alpes
Support Livre broché
Nb de pages 196 p. Bibliographie .
ISBN-10 978-2-84310-169-4
ISBN-13 978-2-84310-169-4
GTIN13 (EAN13) 9782843101694

IRIS N°32 / 2011 : ESPACES MYTHIQUES

IRIS N°32 / 2011

ESPACES MYTHIQUES

Ce numéro présente le regard croisé de chercheurs issus de plusieurs disciplines (sociologie, histoire de l’art, astronomie, ethnologie, littérature, sciences du langage et histoire notamment médiévale) sur les espaces mythiques : il s’agit de délimiter le sens actuel de la notion de mythe, de ses frontières conceptuelles ou culturelles, les lieux géographiques de sa naissance, qu’ils soient réels ou symboliques. Ces espaces pluriels sont examinés dans leurs manifestations variées (littérature, peinture, contes, réflexions scientifiques). Iris continue ainsi à faire l’état des lieux de la critique de l’imaginaire : elle s’ouvre sur une approche conceptuelle et se ferme sur des comptes-rendus: J.-P. Sironneau notamment, complète son étude fondamentale sur l’histoire de la sociologie de Durkheim à Bourdieu, C. Vial-Kayser montre comment l’artiste indien Anish Kappor s’empare de la notion d’archétype jungienne. Quatre jeunes chercheurs dans la dernière section du numéro, viennent témoigner de l’inter-disicplinarité des recherches sur l’imaginaire : M. Siama, utilisant la mythologie comparée, d’une manière passionnante, explique comment se constitue la dimension sacrée d’un saint dans l’édification de son tombeau. N. Auzas, proche des cultural studies, étudie la refonte de la notion d’imaginaire par les écrivains de la créolité, Edouard Glissant et Patrick Chamoiseau. Ils imprègnent leur imaginaire réinventé par leur langue et leur culture, d’une idéologie. Enfin l’article d’Emilie Troïlle issue des sciences du langage, réexamine l’une des notions fondatrices du structuralisme, la Gestalt en montrant qu’elle peut encore servir à rendre compte du phénomène de la cognition, des créations de formes et d’images dans la langue. Au cœur du volume, une section particulière de la revue est consacrée aux espaces celtes, de la géographie des lieux topographiques au ciel et à ses astres, en passant par ses symboles chiffrés.

SOMMAIRE :

Véronique Adam et Philippe Walter, « Éditorial

Mythodologies
Jean-Pierre SIRONNEAU – Université Pierre Mendès-France – Grenoble 2, « Le symbole et le mythe en sociologie »;
Cristina AZUELA – Instituto de Investigaciones Filológicas, « Université nationale autonome du MexiqueQuelques traces du trickster dans la littérature médiévale »;

Daiva VAITKEVICIENE – Institute of Lithuanian Literature and Folklore, « Vilnius, Lithuania Nine Venomous Thoughts or a Mythical Definition of the Mole Cricket in Lithuania »;

Christine VIAL-KAYSER – Conservatrice du patrimoine, « Directrice du musée-promenade de Louveciennes, Figurer l’invisible : l’exemple d’Anish Kapoor »;

Topiques
Yves VADE – Université Michel de Montaigne – Bordeaux 3, « Éléments de géodésie gauloise »;
Silvia CERNUTI – Observatoire astronomique de Bera, siège de Merate (LC), Italie, « La naissance des constellations et leur utilisation auprès des peuples anciens et des Celtes »;

Philippe JOUËT – École pratique des Hautes Études, Paris, « De quelques nombres dans la tradition celtique »;

Facettes
Monika SALMON-SIAMA – Université Charles-de-Gaulle – Lille 3, « La couronne et la sépulture, ou la naissance du culte de saint Adalbert de Prague en Pologne médiévale »;

Noémie AUZAS – Université Stendhal – Grenoble 3, « L’imaginaire, un chant de bataille antillais »;

Émilie TROILLE – Université Stendhal – Grenoble 3, « L’Analyse de scènes audio-visuelles : un paradigme venu de la Gestalt, en plein essor pour l’étude de la multimodalité du langage »;

Philippe WALTER, « Comptes rendus ».

Éditeur UGA Éditions (ELLUG) – Université Grenoble Alpes
Support Livre broché
Nb de pages 206 p. Bibliographie .
ISBN-10 2843102022
ISBN-13 9782843102028

REVUE IRIS N° 33 / 2012 : IMAGINAIRE ET PERCEPTION

REVUE IRIS N° 33 / 2012

IMAGINAIRE ET PERCEPTION

La critique de l’imaginaire s’est beaucoup appuyée sur la notion d’archétype, d’espace et de perception du monde. Trois poéticiens revisitent d’une manière critique ces éléments fondamentaux. Corin Braga lie l’archétype à deux autres concepts novateurs, l’anarchétype et l’eschatype. Bertrand Westphal s’intéresse à l’espace : nous tenions à demander au fondateur de la théorie de la géocritique, comment son modèle conceptuel de lecture de l’espace pouvait ou non croiser les travaux de Gilbert Durand, puisque tous deux proposent justement de ne plus donner au temps le primat de l’imaginaire. B. Westphal ouvre la voie à d’autres représentations dénuées de structure et de cadre, rebelles aux interprétations durandiennes, nuançant la tentation d’universalisme de G. Durand et sa volonté de relier les cultures entre elles au travers des notions d’espace, d’identité, tentation dont le lecteur habitué aux travaux d’Iris pourra aussi apprécier la possible pertinence. Hervé-Pierre Lambert permet de revisiter la notion d’imagination. En rappelant comment les neurosciences ont bouleversé notre conception des modalités perceptives, H.P. Lambert montre l’importance du sens olfactif : du pressentiment de Proust quant à l’incidence du sens olfactif sur le fonctionnement de notre psyché et de notre mémoire à l’influence des découvertes scientifiques sur les fictions contemporaines. Notre univers imaginaire se trouve construit au travers d’un sens dont on ne doit pas négliger l’incidence. C’est pour cette raison que nous consacrons en partie la revue à l’odeur et au parfum : montrer la force de l’imagination mue par ce sens olfactif. Il autorise la convocation pour l’étude de l’imaginaire, d’autres disciplines, soucieuses de la représentation du monde, des déformations humaines. Chaque article dispose d’une importante bibliographie sur la question. L’historien médiéviste Jean-Louis Benoît retrace l’histoire de l’odeur de sainteté. Le grand chercheur en linguistique générale, Georges Kleiber, explique la rareté des odoronymes. L’étude thématique se conclut par deux entretiens, l’un interrogeant Jean-Louis Millot sur l’apport de l’étude de l’olfaction dans l’étude du cerveau humain, l’incidence de ce sens sur le fonctionnement de notre mémoire et de certaines maladies ; le second expose la vision d’un créateur de parfum, « nez » de Channel, Christopher Sheldrake

SOMMAIRE :

Éditorial de Véronique Adam

Mythodologies

Corin Braga, « Archétype, anarchétype, eschatype » ;

Bertrand Westphal, « Une lecture géocritique des structures anthropologiques de l’imaginaire » ;

Hervé-Pierre Lambert, « L’imaginaire, les neurosciences et l’olfactif : confirmations et extrapolations » ;

Topiques

Jean-Louis Benoît, « Autour de l’odeur de sainteté, les parfums dans le monde chrétien » ;

Georges Kleiber, « Carte d’identité linguistique des odeurs » ;

Jean-Louis Millot et Véronique Adam, « Les effets des odeurs : neurosciences et olfaction. Entretien » ;

Christopher Sheldrake et Patrick Pajon, « Dans l’imaginaire d’un créateur. Entretien » ;

Facettes

Isabelle Périer, « Le mythe, un fondement de la fonction idéologique de la science-fiction » ;

Salvatore Grandone, « Le rapport image-imaginaire : entre Husserl, Durand et Wunenburger ».

Éditeur UGA Éditions (ELLUG) – Université Grenoble Alpes

Support Livre broché
Nb de pages 152 p. Bibliographie .
ISBN-10 2843102286
ISBN-13 9782843102288

REVUE IRIS N°34 / 2013 : HOMMAGE À GILBERT DURAND

REVUE IRIS N°34 / 2013 :

HOMMAGE À GILBERT DURAND

La récente disparition de Gilbert Durand, initiateur du « nouvel esprit anthropologique » en France donne à la revue IRIS l’occasion de confronter la pensée du maître de l’Imaginaire avec celle de deux générations de chercheurs qui ont vécu dans sa mouvance. Trois articles initiaux de Gilbert Durand posent le cadre anthropologique de ces recherches sur l’imaginaire humain : méconnaissance du rôle des images dans les productions culturelles (spécifiquement en Occident), analyse du divorce entre imaginaire et rationalité à l’origine d’une crise de l’imaginaire européen, tentative de définition des diverses modalités de métissage culturel à l’œuvre partout et de tous temps. Deux générations de chercheurs suivent ce sillage. La première offre deux études mythocritiques sur la figure du phénix dans la poésie moderne. La seconde (celle des jeunes chercheurs) explore les formes symboliques à la lumière de la mythanalyse : les bateaux d’Europe du nord au Moyen Âge, le loup garou et son rapport aux eaux, les chevaux diaboliques conduisant vers l’au-delà, l’étrange rire de Roland dans la célèbre chanson de geste. Une série de comptes rendus conclut le numéro.

Édition Première édition
Partie du titre Numéro 34
Éditeur UGA Éditions (ELLUG) – Université Grenoble Alpes
Support Livre broché
Nb de pages 198 p.
ISBN-10 2843102499
ISBN-13 9782843102493

REVUE IRIS N°35 / 2014 : IMAGINAIRES ANDALOUS

REVUE IRIS N°35 / 2014 :

IMAGINAIRES ANDALOUS

Le dossier « Topiques » sur les Imaginaires andalous réuni pour le présent numéro vaut acte de naissance: la création de l’équipe MITEMA Mitos, Imaginarios, TEMAticos pluridisciplinares à l’Université de Grenade, dirigée par Mercedes Montoro Araque. Six chercheurs de cette équipe nous invitent à découvrir les « imaginaires andalous » dans une approche pluridisciplinaire et au fil des siècles. L’imaginaire du royaume de Grenade est embrassé par deux contributions évoquant l’art des palais de l’empire musulman, l’Alhambra et la Mezquita; trois autres articles nous invitent à un voyage littéraire, depuis une flânerie dans le monde épique et chevaleresque du 17e siècle à partir du poème de Girolamo Graziani Il Conquisto de Granata, jusqu’à des auteurs plus contemporains avec une interview de l’écrivaine australienne Carmel Bird et une analyse de la vision du monde rural andalou de Chris Stewart. Enfin l’Andalousie, telle qu’ont pu la décrire divers auteurs canadiens, nous est contée outre-atlantique. La section « Mythodologies » présente un article de Gilbert Durand sur le processus de remythologisation atteignant le roman de la première moitié du XXe siècle, une contribution de Jean-Jacques Wunenburger visant à distinguer les concepts d’imaginaire et de représentation, et un article de Fanfan Chen sur l’alchimie chinoise. La section « Facettes » accueille une étude de Machteld Castelein qui complète Le phénix et son autre, ouvrage dirigé par Laurence (2013, Presses Universitaires de Rennes). Dans un autre espace mythique, le travail de Louis Cruchet attire l’attention sur la mythologie astrale en lien avec la culture de la patate douce et les liens qui ont pu s’établir à une époque reculée entre les cultures tahitienne et amérindienne.

SOMMAIRE :

Philippe Walter, « Éditorial »

Mythodologies
Gilbert Durand (1921-2012) – Fondateur du Centre de recherche sur l’imaginaire, « L’immortalité aux immortels » ;

Jean-Jacques Wunenburger – Institut de recherches philosophiques de Lyon, « Imaginaire et représentation: de la sémiotique à la symbolique » ;

Fanfan Chen – National Dong Hwa University, Hualien, Taiwan, « From the Experiences of the Mountains and the Seas to the Experiments of Alchemy » ;

Topiques: «Imaginaires andalous»
Mercedes Montoro Araque – Université de Grenade, Espagne, « Éditorial. — L’imaginaire andalou, un imaginaire aux multiples accords » ;

José Manuel Rodríguez Domingo – Université de Grenade, Espagne, « L’architecture andalouse dans l’imaginaire orientaliste » ;

José Antonio González Alcantud – Universidad de Granada, España, « La Alhambra interpretada: entre la poscolonialidad y la descolonización del imaginario » ;

Mónica García Aguilar – Universidad de Granada, España, “La construcción del espacio épico en Il Conquisto di Granata de Girolamo Graziani”;

Isabel M.ª Andrés Cuevas – University of Granada, Spain, “Demystify Before Taking: A Conveniently De-Romanticized View of Andalusia in Chris Stewart’s Driving Over Lemons: An Optimist in Andalucia”;

Gerardo Rodríguez-Salas – University of Granada, Spain, “Communitarian Theory and Andalusian Imagery in Carmel Bird’s Fiction. An Interview”;

Natalia Arregui – Universidad de Granada, España, « Andalucía vista desde Quebec ».

Facettes
Machteld Castelein – Université catholique de Louvain et KU Leuven HUBrussel, Belgique, « (Le) Phénix de Pierre Jean Jouve ou la représentation accomplie » ;

Louis Cruchet – Centre de recherches internationales sur l’imaginaire, « À l’origine de la patate douce (kumara): entre Polynésie et Amérique, approche pluridisciplinaire ».

Comptes rendus

Édition Première édition
Partie du titre Numéro 35
Éditeur UGA Éditions (ELLUG) – Université Grenoble Alpes
Support Livre broché
Nb de pages 200 p.
ISBN-10 2843102731
ISBN-13 9782843102738

REVUE IRIS N°36 / 2015 : LES IMAGINAIRES DU CERVEAU (DEUX)

REVUE IRIS N°36 / 2015

LES IMAGINAIRES DU CERVEAU (DEUX)

Ce numéro de la revue est dédié à Philippe Walter qui a dirigé depuis 1999 le Centre de Recherche sur l’Imaginaire et la revue Iris pendant une quinzaine d’années. Il vient de publier en 2014 le « Dictionnaire de la Mythologie arthurienne » dont on trouvera le compte-rendu. Et Blanca Solares dans un article intitulé « la poétique mythique de Philippe Walter » nous rappelle que l’ambition de Philippe Walter a été « d’étudier la force de l’imagination symbolique et mythologique du “christianisme païen” médiéval, dans sa fonction fondamentale d’équilibre anthropologique – biologique, psychique, socio-historique – tout au long de presque dix siècles d’Histoire ». La section « Topiques » est consacrée aux « Imaginaires du cerveau », faisant suite à une première publication sur le même thème aux Editions EME (Pajon & Cathiard, 2014). La question posée est de savoir comment confronter de manière pertinente le cerveau imaginé, objet parmi d’autres des études sur l’imaginaire, avec le cerveau imaginant, dans ses fonctions encore peu connues pour la production des œuvres de l’imaginaire, deux domaines ne pouvant faire l’économie de l’histoire des sciences et des développements neuroscientifiques les plus actuels? Les trois premiers articles nous font pénétrer trois imaginaires artistiques, celui de la synesthésie, du cinéma et des comics. Les trois derniers articles de la section explorent prioritairement les relations entre le cerveau et l’imaginaire des techniques, avec les notions centrales de théorie du contrôle, de processus de corporation [embodiment] et de logique symbolique. Enfin la section « Facettes » accueille quatre contributions d’anciens doctorants du CRI: sur l’imaginaire vexillologique des étendards associatifs polonais, sur les mythes canaques, sur le mythe littéraire en Perse et sur les romans de Roberto Bolaño. Des comptes-rendus d’ouvrages, dont trois sur l’imaginaire de la ville, concluent ce numéro.

SOMMAIRE :

Marie-Agnès Cathiard et Patrick Pajon, « Éditorial ».

Mythodologies

Blanca Solares (Université nationale autonome du Mexique), traduit en français par Andréa Rando Martin (Université Grenoble Alpes), « La poétique mythique de Philippe Walter ».

Publications de Philippe Walter

Corin Braga (Université Babes-Bolyai de Cluj-Napoca, Roumanie), « Les ‘eutopies’ à l’Âge classique ;
Sibusiso Hyacinth Madondo (Université d’Afrique du Sud), « ‘Pecunia non olet’ : la louve et la mammalité ambivalente ».

Topiques : « Les imaginaires du cerveau (deux) »

Hervé-Pierre Lambert (Centre de recherches en littérature et poétique comparées, Université Paris Ouest Nanterre La Défense), « La synesthésie : une révolution neurologique et culturelle ;
Didier Coureau (Université Grenoble Alpes, CINESTHEA / LITT&ARTS), « Les métaphores filmiques du cerveau (images de la pensée, images pensantes) » ;
Clément Pelissier (Université Grenoble Alpes, ISA / LITT&ARTS), « Les merveilles d’un super-héros, les prouesses d’un cerveau : lecture mythopoïétique et composante neurocognitive de Superman dans la série Smallville » ;
Nicolas Abry (Ethnologue indépendant, président d’Arcade, Association patrimoniale, Taninges, Haute-Savoie), « Bûcheron : depuis Homère, la force vive d’un cyber-cerveau (aujourd’hui incognito) » ;
Yves Citton (Université Grenoble Alpes, CHARNIÈRES / LITT&ARTS), « Échelles du cerveau et dynamique des images chez Gilbert Simondon » ;
Jean-Jacques Wunenburger (Institut de recherches philosophiques, Université Lyon 3), « Imaginaires des techniques : liberté et contraintes symboliques à partir de Gilbert Durand ».

Facettes

Monika Salmon-Siama (Université Lille 3), « ‘Une chose étrange, ce bout de tissu brodé d’images, de mythes et de rêves…’ Imaginaire vexillologique des étendards associatifs polonais » ;
Hélène Savoie Colombani (CRI, Université Grenoble Alpes), « Du monde visible aux mondes invisibles : à la recherche d’images, symboles etarchétypes dans les mythes canaques » ;
Santiago Guevara (Université Grenoble Alpes, ISA / LITT&ARTS), « Tipología de la duplicidad en tres obras de Roberto Bolaño » ;
Abolghasem Ghiasizarch (Université internationale Imam Khomeini de Qazvin, Iran), « Critique de la notion de mythe littéraire chez Philippe Sellier et Pierre Brunel :  une autre vision ».

Comptes rendus

Édition Première édition
Partie du titre Numéro 36
Éditeur UGA Éditions (ELLUG) – Université Grenoble Alpes
Support Livre broché
Nb de pages 264 p.
ISBN-10 2843103029
ISBN-13 9782843103025

REVUE IRIS N°37 / 2016 : L’ENTRE-DEUX ET L’IMAGINAIRE

L’ENTRE-DEUX ET L’IMAGINAIRE

Ce numéro spécial s’inscrit dans une filiation libre par rapport au travail de François Jullien, philosophe et sinologue. Ce dernier donne à la question de l’entre une dimension philosophique et il en fait un outil épistémologique, en proposant le concept exploratoire, fécond et aventureux, « d’écart ». Contrairement à la notion de différence, qui reste à la remorque de l’identité, « l’entre » met en tension ce qu’il sépare. L’entre – tel qu’il le théorise – n’est plus réduit au statut d’intermédiaire, entre le plus et le moins, mais se déploie comme « l’à travers ». L’entre (écart vide mais plein de potentialités) n’est pas non plus réductible à la catégorie de l’inter (espace plein de choses communes, au croisement de deux ensembles), globalement plébiscitée dans les sciences humaines et le comparatisme. L’entre permet une pensée de la transformation et du cheminement. Il autorise une fécondité de l’échange (« après des siècles de sujet insulaire et solipsiste, on se met à croire à l’entre de l’entre-nous, celui de l’intersubjectivité », F. Jullien).

L’entre est, pour nous aussi, à la fois une thématique qui peut se décliner en direction de nombreuses terrains d’observation, et une façon d’analyser le mouvement de rencontre entre deux pôles, eux-mêmes instables et fluctuants; mais il initie également et surtout une nouvelle approche heuristique: le savoir et la connaissance sont désormais pris dans un procès, et dans un procès créatif. On cherche alors à rendre compte des (micro) processus d’un phénomène observé – de ses « transformations silencieuses ».

Nous avons donné comme objectif à ce numéro spécial l’observation de l’imaginaire en travail dans quelques expressions du monde contemporain: celle de l’interculturalité, de la langue et de la littérature, des arts. On se demandera au final si le travail de l’imaginaire ne se situerait pas dans un écart et dans la tension qu’il ouvre: en ce sens, l’entre pourrait être une figuration spatialisée de l’œuvre de l’imaginaire.

SOMMAIRE :

Claude Fintz, « Éditorial »

Mythodologies

Première section : langues, identités et entre-deux

Véronique Costa – ISA /LITT&ARTS, Université Grenoble Alpes, « Exploration lexicale de « l’entre-deux » : imaginaire de la langue et topique de la pensée » ;
Philippe Blanchet – PREFics, Université Rennes 2, « Le triple enfermement linguistique et l’inventivité de l’entre-les-langues » ;
Sandra Tomc – CELEC, Université Jean Monnet et Sophie Bailly – ATILF équipe CRAPEL, Didactique des langues et socio- linguistique, Université de Lorraine, « Être mère, entre tradition et modernité : transmission et transgression des identités de genre dans des interactions familiales » ;
Claude Fintz – ISA /LITT&ARTS, Université Grenoble Alpes, « Entretien avec Salah Stétié – Poète, essayiste, ancien diplomate : Vingt-deux questions pour un surplomb ».

Seconde section : repères théoriques et méthodologiques pour penser l’entre-deux

Jacques Demorgon – Philosophe et sociologue, « L’entre-deux redoublé entre le cosmos et l’humain ou l’intérité cachée » ;
Jean-Jacques Wunenburger – Institut de recherches philosophiques, Université Lyon 3, « Typologies de l’entre-deux : de l’intervalle au tiers inclus » ;
Daniel Sibony – Psychanalyste et écrivain, « Fécondité de l’entre-deux » ;
Claude Fintz – ISA /LITT&ARTS, Université Grenoble Alpes, « Entretien avec François Jullien – Université Paris-Diderot – Paris 7, titulaire de la chaire sur l’altérité à la Maison des sciences de l’homme : De l’entre et de l’imaginaire » ;
Ahmed Kharbouch – Faculté des lettres et des sciences humaines – Oujda (Maroc), « Signification et imaginaire : un ‘entre-deux’. À propos des aspects sémiotiques de l’œuvre de Gilbert Durand ».

Topiques : Quatre terrains de travail de l’entre-deux

Carmen Alberdi Urquizu – Université de Grenade (Espagne), « Entre regrettée et rejetée, une parole en quête de voix » ;
Valentina Anacleria – ISA /LITT&ARTS, Université Grenoble Alpes, « L’invasion de l’imaginaire du lecteur dans la littérature-monde. Réflexion à partir de la pensée de François Jullien » ;
Fabio Armand – ISA /LITT&ARTS, Université Grenoble Alpes, « Chamans du Népal, passeurs intra mundi bistables. De la liminalité d’un « entre-deux » dans la métensomatose » ;
Marie-Aline Villard – Université Bordeaux-Montaigne et Matthieu Lapeyre – Institut national de recherche en informatique robotique et automatique, Aquitaine, « À propos d’une expérience de mouvement partagé avec un robot humanoïde : l’entre-deux comme maintien du vivant ».

Facettes

Jonathan Fruoco – ILCEA4, Université Grenoble Alpes, « Image du Docteur dans Doctor Who : scientifique ou magicien ? ».

Philippe Walter et Jean-François P. Bonnot, « Comptes rendus ».

Édition Première édition
Partie du titre Numéro 37
Éditeur UGA Éditions (ELLUG) – Université Grenoble Alpes
Support Livre broché
Nb de pages 230 p.
ISBN-10 2843103304
ISBN-13 9782843103308

Association des Amis du CRI

L’Association des Amis du Centre de Recherche sur l’Imaginaire – AACRI – promouvait les activités du Centre de Recherche sur l’Imaginaire de Grenoble (CRI, EA 610), fondé par Gilbert Durand, Paul Deschamps et Léon Cellier en 1966. L’AACRI en est, désormais, la mémoire. À présent, l’Association soutient les activités du centre de recherche “Imaginaire et Socio-Anthropologie” (ISA), nouvelle structure de recherche à vocation pluridisciplinaire (dirigée par Isabelle Krzywkowski) née de la fusion du CRI et du Laboratoire de Sociologie de Grenoble Émotion, Médiation, Culture, Connaissance (EMC2-LSG, EA 1967). L’Association s’efforce d’offrir des moyens d’information sur les activités d’ISA, de documentation autour de la recherche sur l’imaginaire en général et d’expression en organisant son colloque annuel.