Archives de catégorie : Laboratoires

CRI2i : Centre de Recherches Internationales sur l’Imaginaire

Le réseau international des CRI réunit une quarantaine de centres en France et dans le monde autour de la recherche sur l’imaginaire.
Dans le cadre de ce réseau fondé en 2012 à Cluj-Napoca (Roumanie), plusieurs projets transversaux réunissent une quarantaine de centres en France et dans le monde (de la Corée au Brésil en passant par l’Amérique du Nord et toute l’Europe) autour de la recherche sur l’imaginaire : iconosphère des imaginaires contemporains, textes fondateurs de l’imaginaire, etc. Entre autres activités, le réseau organise des colloques internationaux tous les deux ans, édite des publications communes et développe des cotutelles de thèse.

Le 2e congrès du CRI2i en 2015 a marqué le début d’une nouvelle période de développement des recherches. En effet, le réseau souhaite se renforcer et s’imposer comme plateforme multidisciplinaire et internationale de recherches sur les images, l’imagination et l’imaginaire dans le sillage du structuralisme figuratif, de l’herméneutique symbolique et de la phénoménologie des iconosphères. Il est destiné à coordonner, encourager, valider, valoriser les travaux d’équipes et de chercheurs individuels. Le CRI2i souhaite aussi aider à identifier et stimuler de nouveaux territoires et projets de recherche, à mettre en relations les travaux théoriques avec les champs d’application pratiques, à rechercher des sources de financements institutionnels et les appels d’offres des milieux professionnels qui attendent de plus en plus d’expertises et de conseils.

LE MANIFESTE DU CRI2i : Manifeste CRI2i-2015

ISA : Imaginaire et socio-anthropologie

Direction : Isabelle Krzywkowski

Depuis janvier 2015, le CRI fait partie de la nouvelle unité de recherche LITT&ARTS, sous la composante ISA.
Le centre de recherche Imaginaire et Socio-Anthropologie est une nouvelle structure à vocation pluridisciplinaire, née de la fusion du Centre de recherche sur l’imaginaire (CRI, EA 610), fondé par Gilbert Durand, Paul Deschamps et Léon Cellier en 1966, et du Laboratoire de Sociologie de Grenoble Émotion, Médiation, Culture, Connaissance (EMC2-LSG, EA 1967).

Son positionnement est la socio-anthropologie, conçue comme l’étude interdisciplinaire de l’homme en tant qu’être historique et culturel, en relation avec un milieu naturel et social. Fondée sur le constat que l’humain n’existe pas sans imaginaire, sans représentations, sans discours ou désirs (i.e. idéologie), et que c’est un imaginaire partagé qui définit cet Anthropos dans sa dimension interculturelle, la composante s’intéressera, par des approches diachroniques et synchroniques, pluridisciplinaires et pluriculturelles, aux rapports nature/culture, individu/collectif, aussi bien que sensible/intelligible ou affect/intellect.

Point de départ historique de notre composante, le concept d’imaginaire est envisagé dans sa dimension anthropologique, comme image du monde sur lequel se fonde notre perception du réel, c’est-à-dire à la fois comme herméneutique et comme dynamique de création de connaissances et de nouvelles relations au social, au croisement de l’individu et du collectif. Ainsi conçu, l’imaginaire constitue pour la composante un objet « transdisciplinaire », dont elle s’attachera à réinterroger et à approfondir le concept à l’aune des évolutions scientifiques, technologiques et sociales récentes (notamment « culturelles ») et à en mettre en perspective les diverses conceptions, en faisant l’hypothèse d’un repositionnement actuel des ALSHS et des sciences qui empruntent à l’imaginaire pour se refonder / se repenser.

Le centre de recherche se concentrera sur deux processus anthropologiques, la cognition et la création, envisagés dans leurs relations (la symbolisation, la représentation, etc.), en lien avec l’art, mais aussi, plus largement, comme processus, en faisant l’hypothèse du caractère créatif de la production du social. Ceci entraîne une conception de la culture, comme non seulement « matérielle » (techniques, savoir-faire…), mais aussi et surtout comme « symbolique », c’est‐à‐dire productrice et transformatrice, autrement dit, une pratique.

L’enjeu épistémologique est donc l’étude des modes « alternatifs » de compréhension des constructions et productions de connaissances. Par « modes alternatifs », on entendra l’existence, à côté de la démarche positiviste, d’autres modes de rationalité qui passent par l’imagination (comme faculté de produire mentalement des images, représentations sensibles distinctes des perceptions et des concepts abstraits), le symbolique (comme ce qui est en correspondance avec autre chose qui n’est pas là et ce qui fait « exister » l’imaginaire en création incessante) et le sensible (en tant qu’il participe à la construction de nos valeurs, de nos raisonnements, de notre connaissance).

Thématiques internes :

  • Arts, sciences, techniques : imaginaire et processus de productions cognitifs
  • Espaces communs, cultures communes, création collective
  • Le sensible : corps, émotions, sensations, perceptions, affects, altérités
  • Mythanalyse et mythocritique

http://litt-arts.univ-grenoble-alpes.fr/fr/composantes-scientifiques/isa/

Centre de Recherche sur l’Imaginaire

Le Centre de recherche sur l’imaginaire (CRI, EA 610) est une unité de recherche à vocation pluridisciplinaire.
Son projet scientifique trouve unité et cohérence dans la réflexion sur l’imaginaire et sur l’imagination symbolique menée d’abord, et dans des champs divers, par Gaston Bachelard et Mircea Eliade, puis reprise et développée par Gilbert Durand qui fonda le centre en 1966 en collaboration avec Paul Deschamps et Léon Cellier. Son but est de regrouper autour de l’étude des images, des symboles et de l’imaginaire social, les différentes disciplines de recherche en sciences de l’homme et de la culture.
L’École de Grenoble conduit une réflexion sur les aspects, l’évolution, le sens, d’une herméneutique des images, des symboles, des archétypes et des mythes à l’œuvre dans l’imaginaire d’une culture, d’une époque ou d’un créateur.
La méthode d’approche se fonde essentiellement, dans un esprit comparatiste, sur l’analyse des procédures symboliques (représentations, symboles, mythes…) comme éléments déterminants de la création littéraire et artistique, et sous-tendant, sur une période donnée, les attitudes socio-historico-culturelles.
Ce positionnement conduit aujourd’hui l’équipe à réfléchir aux relations entre études imaginaristes, anthropologie culturelle et cultural studies afin de mieux saisir les ressorts des imaginaires hypercontemporains.